comment faire pour vivre
un jour de plus sans toi?
tu es le double de moi,
sans toi je ne suis pas libre,
incertaine de mes choix
il n’y a que quelques amis
qui comprennent ce que je suis
je ne pourrais jamais suivre ma voie
tu es toute ma vie
tu l’ignore encore
mais pour moi tu vaux de l’or
je suis prète à payer le prix
je sais, c’est un tort,
mais je ne peux m’empêcher
de t’aimer
sans aucun effort . J’aurais voulu me tuer
pour vivre à tes côtés
pour l’éternité,
mais quelqu’un m’a empêché.

 

J‘ai écrit une lettre hier
J’ai essayer de m’exprimer
Mais je ne trouvais pas les mots
C’est si dur de réaliser
Que s’est vraiment terminer
Je me demande pourquoi tu m’as quitter
Je ne sais pas cacher ma tristesse
Tu es parti comme ça
Mais moi je ne t’oublie pas
Mon coeur bat encore pour toi
Et mes sentiments ne changerons jamais

Je n’arrive pas à oublier ces mots que tu m’as dit
De continuer ma vie .
Et que quoi qu’il arrive tu serais toujours avec moi .
Mais un jour ou l’autre tu realiseras
Qu’un amour pareille tu ne l’auras pas deux fois
Donc ouvre tes yeux
Et regarde ce qu’on pourait être à deux
Et reviens-moi

Debout dans ma salle de bain,
Une lame de rasoir à la main,
J’ai tendu mon poignet devant moi
Et l’ai ouvert en pensant à toi.
Le sang se mit à couler,
Ma tête à tourner.
Je me laissai tomber par terre,
Comme je suis tombée devant cette amour éphémère.
Puis j’ai entendu une porte claquer,
Mon nom fut crié.
Tout à coup, je reconnus ta voix . . .
C’était bien toi!
Tu es entré,
Tu m’as pris dans tes bras.
J’ai regretté,
Le geste qui vint avant toi.
Le sang continuais à ruisseler,
Tu ne savais que faire.
C’est quand j ai dis « je t’aime », mes dernier mots
Que tu es redescendu sur terre.
Pour la première fois,
Tu as versé une larme pour moi.
Tu dis que si je devais partir,
Toi aussi tu allais en finir.
Mes yeux se sont fermés,
Pour rester clos à jamais.
Mon âme s’envolait . . .
Et du haut de la pièce, je te regardais.
A ton tour, tu pris la lame
Pour rejoindre mon âme.
Tu as mêlé ton sang au mien,
Comme pour mêler notre chemin.
Tu t’es allongé à mes côtés,
As enlacé mes doigts des tiens.
Tu as dis: » on va se retrouver . . . « 
Et ce fut la fin…..

Cet article a été publié le Mercredi 4 mars 2009 à 13:24 et est catégorisé sous Non classé. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


romantisme |
Mylène Farmer, UNIVERS |
Dj Marck |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mixtape master old tape
| *** BIACCOR ***
| ma vie